"Cramponnement, attachement et complexe de sevrage. Hermann et Bowlby avec Lacan. L'exemple des addictions." Didier Robin. Dans Le Coq-héron 2007/1 (n° 188), pages 81 à 97

Informations
Maison d'édition
Le Coq-héron 2007/1 (n° 188), pages 81 à 97
Année
2007
Auteur
Didier Robin
Description
« Nous partirons du champ des addictions pour illustrer une lecture croisée des œuvres de John Bowlby et de Jacques Lacan. Passant par un récit clinique, nous terminerons par une synthèse appuyée sur les apports originaux d’Imre Hermann. En effet, la théorie de l’attachement rencontre la notion de complexe de sevrage en permettant une compréhension fine des enjeux de la subjectivation. Ainsi, la possibilité de toute individuation passe par une forme de séparation respectant, tout en le transformant, le lien originel caractérisant l’unité duelle mère-enfant décrite par Imre Hermann. L’instinct de cramponnement, dans la mesure où il est pour l’homme inévitablement frustré, produit une complexification des processus de l’attachement par le biais de la symbolisation ; complexification dont la théorie lacanienne des nœuds borroméens semble par ailleurs pouvoir rendre compte. Hermann et Bowlby avec Lacan continuent à ouvrir des perspectives à partir desquelles on peut espérer renouveler l’invention psychanalytique. »

Au sommaire

Au début, était le cramponnement. Préliminaire
Délimitation d’un champ clinique. Les addictions entre automédication et empoisonnement
L’attachement
Le complexe de sevrage
Un masochisme animal ?
Les malheurs de Sophie
Attachement et dépendance
Théorie du cramponnement et historicisation de l’attachement

Consulter l’article