Addictions au féminin : une prise en charge spécifique ? Pascale NAULOT BRUNAT

« Nous disposons aujourd’hui d’études fiables permettant d’affirmer qu’il existe des différences manifestes de modes de consommations de produits addictogènes entre femmes et hommes.

Nous pourrions tout naturellement nous attendre à ce que soient développées des actions spécifiques dans leur direction. Mais, à l’exception du tabac, le recensement des actions françaises de prévention ou de prise en charge spécifiques aux femmes laisse une forte impression de vide.

Toutefois, une catégorie de femme fait exception, les futures mères. En matière d’addiction, les femmes sont surtout appréhendées sous l’angle de la maternité, avec notamment des campagnes de sensibilisation sur les risques pour le fœtus de la consommation d’alcool ou de tabac pendant la grossesse… »

Consulter le mémoire